Séance 1 : Violences conjugales, contrôle spatial et responsabilité de l’État (Marion Tillous, mercredi 27 mars 2024)

Dans le cadre de l’Atelier Faire territoire faire société et Recherches pluridisciplinaire de l’UMR EVS, le Collectif de recherche “Espaces Critiques” présente sa première séance de séminaire :

Violences conjugales, contrôle spatial et responsabilité de l’État

Marion Tillous
(Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis ; Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité – UMR 8238)

Le mercredi 27 mars 2024, 17h-19h
Bibliothèque Chevreul (Rez-de-chaussée)
(10 rue Chevreul 69007 Lyon)
==> inscription : espaces-critiques@riseup.net

Résumé : Les violences conjugales fonctionnent comme un piège qui se referme autour de la victime, y compris de manière très concrète et spatiale : celle-ci est peu à peu empêchée de se déplacer et son territoire de vie se réduit à mesure que les violences augmentent, conduisant à ce qu’Eva San Martin (2019) appelle la « déprise spatiale ». Le contrôle spatial qu’exerce le partenaire violent traverse les différentes échelles spatiales, et fait écho aux autres formes de violences de genre qui adviennent dans les espaces publics ou intermédiaires (au travail, chez le médecin, à l’école, etc.), constituant avec elles un continuum spatial des violences de genre.

Les réponses de l’Etat face aux violences conjugales semblent aujourd’hui se multiplier, nous nous demanderons donc s’il est toujours possible d’affirmer, avec Birgit Sauer (2020), que celui-ci « délègue et décentralise la violence aux pères de famille » ? Nous envisagerons le rôle de l’Etat dans la division entre (espaces) public et privé, dans la consolidation de l’idéologie de l’amour et du couple, dans la réponse sécuritaire apportée par un organe (les forces de l’ordre) à la fois chargé d’un rôle de protection et d’enquête, et dans la précarisation sociale dont les conséquences sont fortes sur les parcours de sortie des violences.

Dans le cadre de la publication des ouvrages :

  • “Espace, genre et violences conjugales. Ce que révèle la crise de la Covid-19”, 2022.
  • “Avec, sans ou contre. Critiques queers/féministes de l’État”, 2020.

Plus d’informations sur le collectif Espaces Critiques : https://espacescrit.hypotheses.org/

Plus d’informations sur l’ANR Co-Vi-Co : https://anrcovico.hypotheses.org/

Groupe de recherche Espaces Critiques (GRECs)

Ce carnet de recherche est animé par un groupe de chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales, dont les recherches abordent les approches critiques (critical studies) dans plusieurs disciplines où la notion d’espace est centrale. Les thématiques de recherche abordées sont, entre autres : les inégalités socio-spatiales, les rapports de pouvoir et de domination, l’analyse critique des politiques publiques, le thème de l’accès au logement, à l’hébergement d’urgence, des migrations et plus largement le droit à la ville et la justice spatiale, la participation des habitant·es, les mobilisations sociales et territoriales, etc.

La démarche, axée sur l’interdisciplinarité, permet de regrouper de nombreux chercheurs et chercheuses de différentes disciplines (géographie, aménagement, urbanisme, sciences politiques, sociologie, sciences de l’ingénieur·es, etc.).

L’objectif de ce carnet de recherche est de diffuser et de valoriser les travaux réalisés dans le cadre de ce groupe de recherche, notamment par le biais de séance du séminaire du même nom (séminaire Espaces critiques) de l’UMR 5600 EVS. Ce groupe de recherche (et le séminaire qui lui est adossé) entend laisser une place importante aux travaux de jeunes chercheur·es et étudiant·es de différentes universités et établissements d’enseignement et de recherche (Université Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, Institut d’Urbanisme de Lyon, ENTPE, etc.). Une veille scientifique sera également réalisée.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search